[T.A.N.G.O.] My language is Tango – par Fabien C

My language is Tango

Liste des Mouvements:

+ Il voudrait partir mais ne peut pas

+ Elle le séduit

+ Le rythme décélère

+ Elle voudrait partir mais ne peut pas

+ Elle tombe

 

L\’histoire:

Il y a une histoire, dans les bordels de Buenos Aires, qui raconte l’histoire de la Lumière de la Lune, Moonlight, et de son amour avec la Lumière du Soleil, Sunlight. Moonlight était radieuse et Sunlight était rayonnant, mais leur union était impossible.

+ Sunlight le savait: il ne pouvait pas rester près d’elle. Il voudrait se détacher d’elle car il sait que cela lui coûtera ce qu\’il a de plus cher. Mais il ne pouvait pas car l\’envie de la garder près de lui était trop forte.

+ Pour le séduire, Moonlight évoqua leur enfance commune car elle savait qu\’en ce temps là, simple fille de domestique, Sunlight était le seul dans la maison du Patriarche qui ne
la considérait pas avec dédain. Et Sunlight n’avait d’yeux que pour elle.

+ Moonlight et Sunlight se sentirent en apesanteur. Ils entrevoyaient la possibilité d\’un amour loin des conventions sociales et des pressions familiales. Une vie à deux sans barrières ni contraintes. Juste eux, s\’aimant.

+ Moonlight le savait: elle ne pouvait pas rester près de lui. Elle voudrait se détacher de lui car s\’ils allaient trop loin, les conséquences seraient désastreuses. Leurs familles ne les laisseraient pas faire. Ce serait un temps de cris, de larmes et même de sang. Mais elle ne pouvait pas car sa passion était au-dessus de toutes ces règles, comme une pulsion auto-destructrice qui lui commandait de se jeter malgré tout dans l\’abîme.

+ Moonlight chuta irrémédiablement car le Patriarche finit par l\’apprendre. Peut-être le savait-il depuis toutes ces années, mais c\’est bien à l\’apogée de leur amour qu\’il la bannit violemment. Dans sa ch
ute, elle comprit qu\’elle ne verrait plus jamais son aimé, ni même sa famille, contrainte de rester au service du Patriarche comme garantie de sa docilité. Les rares témoins de sa fuite prétendent qu\’elle pleurait des larmes noires comme le ciel d\’une nuit sans lune.

Ainsi se termine l’histoire d’amour de la Lumière de la Lune et la Lumière du Soleil.

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *