[SENS][MJ Only] Préparer Sens 11

ATTENTION ! Joueurs de SENS, passez votre chemin !

Disclaimer: Je ne joue pas by the book. J’ai une vision particulière de SENS et je me permets de grosses libertés pour mettre la campagne à mon diapason plutôt que l’inverse.


 

 


 

Onzième séance de SENS. Comme la semaine dernière, j’ai croulé sous les devoirs de la vie quotidienne et je ne suis pas arrivé vendredi dernier aussi préparé que je l’aurai souhaité. Sauf que voilà, quand faut y aller, faut y aller ! J’ai donc pris mon courage à deux mains, le livre de SENS et une bonne dose d’improvisation, et je me suis lancé.

Une chose est sure: le livre de SENS n’est pas adapté pour faire du JDR. Il ne donne pas assez d’élément pour un meneur, il est vague dans les enjeux et les intentions des protagonistes. Mais il a au moins un qualité: les dialogues sont écrits, ce qui permet plus ou moins de caler des répliques chocs ! C’est ce que j’ai fait pour Graveur et Classis et forcément, ça envoie plus qu’une bafouille improvisée.

Concernant l’épreuve de Graveur, je vois ce dernier comme un pacifiste, un idéaliste. Tout ce qu’il veut, c’est fusionner les deux mondes, ne pas faire que la mort de Virtuose en vain. Pour ce faire, il tente de passer par la corde sensible et fait apparaître des statues des proches défunts des Bugs. Cela a posé de belles questions éthiques et métaphysiques sur l’ombre monde.

Pour Aquacity, j’avoue avoir tout fait by the book ou presque. La rencontre avec Classis a été le point culminant de cette épreuve et les joueurs sont ressortis avec pas mal de questions également. J’attends la prochaine partie avec impatience: la confrontation avec Soren, qu’ils ne portent pas dans leur coeur, risque d’être explosive !


 

[SENS][MJ Only] Préparer Sens 10

ATTENTION ! Joueurs de SENS, passez votre chemin !

Disclaimer: Je ne joue pas by the book. J’ai une vision particulière de SENS et je me permets de grosses libertés pour mettre la campagne à mon diapason plutôt que l’inverse.



 

Dixième séance de SENS Renaissance au rythme effréné ! En réalité j’étais particulière fatigué et la vie IRL ne m’a pas laissé le temps de préparer cette séance correctement. Bref, une fois n’est pas coutume, j’ai plutôt fait du « by the book ». Du coup, ce billet va me servir plus d’analyse à posteriori plutôt que de présentation de ma préparation.

J’avais en tête de mener les Bugs vers l’épreuve de Graveur. Je ne savais ni comment ni quand le faire, ni d’ailleurs comment doser. J’ai simplement laisser les joueurs me guider sur leurs intentions. En fait, à la fin de la dernière séance, Wilfried a tué Virtuose et les Bugs questionnent grandement leur nature et la version de l’histoire du monde qu’on leur a apprise depuis tout petit. Ils se demandent qui sont les Quadrillas et quels sont les rapports qu’ils entretiennent. Tout cela mène à une volonté d’émancipation des Bugs. Plutôt que de les freiner, je les ai laissé faire et ils ont finalement décidé de faire du tourisme à Rio pour voir de leurs propres yeux le quotidien sous le joug de l’Empire. J’ai fourni une description nuancée, en extrapolant notre monde (je me suis demandé ce qui se passerait si l’Etat d’urgence était prolongée ad vitam, et dans une forme plus « dure »).

Et puis, tant qu’ils sont en Amérique du Sud, autant leur faire faire un voyage en Amérique du Nord ! Une balise GPS les mènera sur place:

  • J’ai suivi les descriptions « by the book » de New York. J’ai simplement retiré les réfugiés sur place car j’aimais bien l’idée d’un lieu isolé et désert où seul un Quadrilla pouvait vivre;
  • J’ai enlever le passage où Wilfried raconte sa life;
  • J’ai lu les passages de dialogue avec Graveur. En fait, ça marche bien !
  • J’ai décidé que Graveur était amoureux de Virtuose au lieu de Métatron: les Bugs connaissent Virtuose, cela rend la relation palpable.

En gros, j’ai adopté une raisonnement similaire pour Graveur que pour le reste de la campagne: j’essaie de rendre les relations le plus concret possible et surtout je bannis les passages où les PNJ racontent leur histoire, d’autant plus si cette histoire n’implique pas les PJ mais relatent les cachotteries que les PNJ se font entre eux. Bref, j’utilise une technique de game design très répandue dans les jeux vidéos: Show, don’t tell ! Montre, ne raconte pas. Montre le scepticisme de Wilfired, ne raconte pas sa vie depuis le départ. Montre la folie de Graveur, ne raconte pas qu’il fait semblant d’avoir des sentiments.

Au final, la partie s’est super bien déroulée. Cela m’a beaucoup reposé également de m’appuyer beaucoup plus sur le livre. En vrai, Graveur c’est clairement la meilleure épreuve du premier tome !


 

[SENS][MJ Only] Préparer Sens 08 09

ATTENTION ! Joueurs de SENS, passez votre chemin !

Disclaimer: Je ne joue pas by the book. J’ai une vision particulière de SENS et je me permets de grosses libertés pour mettre la campagne à mon diapason plutôt que l’inverse.

Double épisode cette fois ! J’ai changé de micro entre temps. J’espère que la qualité de l’enregistrement est assez bonne.


 


 

Dans cette double séance, l’emphase a été mise sur la descente aux enfers des Bugs et sur leur remontée. Tout commence avec la confrontation entre Maria et les Bugs. Pour rappel, Maria a voulu faire entrer une scientifique de l’Empire afin d’insuffler une conscience à un clone de Finn Longfinger. Les Bugs confrontent donc Maria de manière très violente. Celle-ci se sent trahi et préfère en référer à Gladius que de se soumettre à l’impertinence d’adolescents. Gladius, quant à lui, n’a d’autres choix que de faire prisonnière sa vieille amie. Les adultes perdent alors la confiance envers les Bugs qui ont décider d’agir en cachette.

Les conséquences de la confrontation avec Maria ont été joué à fond. Il y a des passages très intenses et très chargés en émotion. L’idée est de pousser les personnages dans leur retranchement, une fois que les agissements de chacun ont été actées.

Les Bugs sont donc au fond du trou: ils ont perdu la confiance de ceux qu’ils aimaient et le seul moyen de survivre émotionnellement, c’est de mettre de côté leurs griefs et d’agir comme une vraie famille. Les Bugs se rapprochent réellement et de nouveaux se tissent entre eux.

La deuxième phase de la fiction consiste en cette remontée. En plus de ces rapprochements, le groupe se soude pour de bon lors d’un combat contre un Quadria. Au final, on attaque l’Epreuve de Graveur avec des Bugs meurtris mais soudés.


 

Quelques éléments de fiction que j’ai inclus et que je suggère:

  • Wilfried/Gabriel prend l’armure d’Akina. Tant pis pour le lien armure/porteur: ça faisait classe sur le moment et cela permettait à la Bug qui a eu une amourette avec Akina de faire une super belle scène
  • La Quadria qu’ils combattent est l’amante de Graveur: cela permet en réalité de relier ce dernier à la trame en s’affranchissant de la distance temporelle. Ce n’est jamais drôle en tant que joueur de se rendre compte que des PNJ importants se foutent dessus pour une vieille histoire sans avoir son mot à dire. En gros, j’essaie d’impliquer les joueurs pour ne pas avoir à faire une cinématique pour Graveur.
  • On peut donner de la profondeur à la relation Gladius-Maria: peut être l’a-t-il entraînée/soutenue quand elle était plus jeune. Cela rend la décision d’enfermer Maria encore plus dure pour Gladius.

 

La séance ne s’est pas très bien déroulée pour tout vous dire. Il y a eu des scènes émotionnellement très intenses et je n’avais pas les outils pour gérer ce genre de situation: pas de safe words, pas de pause en jeu pour faire le point, pas de débrief après la partie, pas de sas de décompression. Certains joueurs ont très mal vécu l’après séance car ils étaient restés dans la fiction: les sentiments des personnages ont pris de court les joueurs qui se sont laissés submergés. Ce phénomène de « Bleed Out » n’est pas « mal » en soi et n’est pas à proscrire mais il convient à la table de mettre en place des outils pour se prémunir de blessures.

Après de longues discussions, ces outils ont été mis en place pour les parties à venir. Chaque jouer a également revu certaines positions de son personnage pour permettre au groupe de se relever, et non de sombrer dans la dépression ! Voici quelques outils que nous avons mis en place:

  • Après une partie de SENS, nous ferons systématique un débrief avec « sas de décompression ». Je poserai une série de questions standards, à la manière des ateliers post-GN
  • Le ressenti d’une personne n’est pas discutable: si un joueur l’a ressenti, alors c’est vrai. Il n’est donc pas utile de justifier les actions de son personnage dans la fiction: le dialogue doit se faire au même niveau, c’est à dire personne à personne et non personne à personnage.
  • Les Safe Words:
    • CUT: A dire à voix haute. On arrête la fiction car celle-ci s’engage dans des terrains glissants.
    • LESS/MORE: J’ai fait des macros sur Roll20 qui envoie un message dans le tchat. Ces deux mots servent à ajuster l’intensité des scènes.
    • Il vaut mieux avoir une fausse alerte que de passer à côté d’un malaise, d’autant plus que nous n’avons pas de visuel. Il faut donc VERBALISER ce que vous ressentez car on ne peut pas le deviner.

 

[SENS][MJ Only] Préparer Sens 07

ATTENTION ! Joueurs de SENS, passez votre chemin !

Disclaimer: Je ne joue pas by the book. J’ai une vision particulière de SENS et je me permets de grosses libertés pour mettre la campagne à mon diapason plutôt que l’inverse.

L’enregistrement n’a pas fonctionné correctement à certains moments…


 


 

Septième séance de SENS. C’est une partie très très spéciale et que je n’ai pas l’habitude de mener: l’enquête linéaire. Je délivre les secrets des PNJ dans une pseudo enquête. L’idée est que je laisse les Bugs prendre l’initiative de l’enquête (questionner, espionner, négocier…) et je donne les informations au fur et à mesure. Plus les Bugs me surprennent, plus je donne d’informations importantes. La contrainte est plus formelle que fictionnelle: il faut que la séance tienne en plus ou moins 3h, qu’elle soit un minimum rythmée et qu’on ne s’y ennuie pas. La fatigue n’aidant pas, j’ai tout de même tenter de faire de mon mieux.

Dans cette optique formelle, j’ai pu délivrer les quelques secrets de Maria et de Gabriel/Wilfried.


 

Comme à mon habitude, j’ai tordu le livre de base pour en tirer ce que je souhaitais. Oh l’hérétique !

Il y a deux révélations qui se feront plus tard dans la campagne et qui, je trouve, arrivent comme un cheveu sur la soupe. En règle générale, les révélations dans SENS, si elles ne sont pas travaillées un minimum, arrivent de toute façon toutes comme un cheveu sur la soupe. J’adopte donc la technique du « fusil de Tchekov« : je distille les prémices d’une révélation en amont et lorsque la révélation arrivera enfin, les joueurs pourront faire le lien et avoir un sentiment de satisfaction.

Les deux révélations que j’ai travaillé sont:

  • Maria aime Finn Longfinger
  • Chrysaor est un être artificiel

Pour ce faire, je tords un peu l’histoire du livre de base, tout en m’inspirant du scénario d’Adrien qui s’appelle « Ozymandias ». Voici l’histoire que je révèle aux Bugs:

  • Maria et Gabriel ont une relation bien particulière. Ils sont amis et s’entraident dans leur quête
  • Gabriel veut confronter sa mère, Soren, et comprendre pourquoi elle l’a abandonné. Maria connait justement la date de la prochaine visite de Sollipsis
  • Maria est en train de créer un clone de Finn Longfinger en métalite. Gabriel lui a fourni les recherches de S. Quadria et compte faire entrer prochainement une scientifique de l’Empire spécialisée en IA pour transférer une conscience au Finn artificiel
    • Deux trucs marrants que les Bugs ont fait: Une discussion philosophique sur la notion de conscience; et prendre S. Quadria pour Soren, qu’ils pensent mariées à Myphos…

La situation est simple. Elle permet aux Bugs d’agir: que faire de Maria, de Gabriel et de la scientifique ? J’invente les indices au fur et à mesure pour amener les Bugs à découvrir la situation, puis ils prennent les décisions d’agir ou non en toute connaissance de cause (il faut éviter les choix à l’aveugle).

Globalement, à part la fatigue de mon côté, la partie s’est bien passée. Comme je l’ai dit, je ne suis pas très à l’aise sur ce genre de séance où j’ai l’impression de mener les joueurs par le bout du nez. Ils ont l’air d’avoir apprécié néanmoins.

A suivre…

[SENS][MJ Only] Préparer Sens 06

ATTENTION ! Joueurs de SENS, passez votre chemin !

Disclaimer: Je ne joue pas by the book. J’ai une vision particulière de SENS et je me permets de grosses libertés pour mettre la campagne à mon diapason plutôt que l’inverse.

Dans cette partie, j’ai utilisé un logiciel de modificateur de voix pour jouer le Quadria. La modification n’a pas été enregistrée malheureusement.


 


 

Sixième partie de SENS Renaissance et beaucoup beaucoup de choses à dire. Je rappelle avant de commencer que je prends beaucoup de libertés par rapport au livre. Je vais expliquer ici ma préparation et mes différentes divergences par rapport à la base. C’est parti !

Le Pôle Nord

Les Bugs ont enfin terminé l’épreuve de la colline de glace. Ils y combattent leur premier Quadria. Les objectifs ici sont:

  • d’iconiser le Quadria. L’arrivée dans les lumière flashante, la musique angoissante, la difficulté à le battre etc.
  • de montrer le plan de Viggo et engager le débat, le choix moral, sur les missiles. L’ultimatum sur le départ des missiles direction Mars et la Lune permet de bien mettre la pression.
  • Je compte faire revenir Penelope pour leur parler des convictions de la Résistance, dans une future partie surement.

Le poète

C’est là que j’ai modifié le plus les éléments du livre. Les Bugs trouvent enfin le Poète, Wilfried. Comme j’ai beaucoup beaucoup modifié son personnage, je l’appelle par son second prénom, Grabriel, afin de ne pas mélanger les personnages qui sont très différents. Tout d’abord, je ne souhaite pas que Gabriel s’enfuit lorsqu’il rencontre les Bugs. Cela crée à mon avis de la frustration et ne permet pas de mettre en place le débat philosophique. Un jugement ferait mieux l’affaire à vrai dire. Ensuite, je ne vois pas Gabriel comme une sorte de side kick aux Bugs, toujours là quand il y a besoin toujours là pour donner des infos (par exemple le long monologue au début de l’épreuve de Graveur me fait hurler),toujours à voler la vedette aux Bugs (VS graveur par exemple). Voici donc les modifications que j’ai apportées et les explications:

  • Gabriel n’est pas albinos (j’ai toujours eu du mal à jouer un PNJ albinos, je n’arrive pas à les rendre crédibles. Au pire, je le joue comme un PNJ « normal » et auquel cas, si je n’y mets pas quelque chose de particulier, autant ne pas le faire albinos.
  • Gabriel n’a pas tué l’amour de Graveur. Ce seront les Bugs qui s’en chargeront, pour appuyer à fond sur le drama.
  • Gabriel est le fils de Soren et de Myphos. C’est une relation que j’ai envie d’explorer, bien plus que la relation entre Soren et Céline. De plus, le retournement de veste de Gabriel prendra un sens pour lequel j’aurai plus d’empathie.
  • Gabriel sait qui sont ses parents. Par contre, Soren le pense mort: elle croit en une fausse couche.
  • Gabriel est au Pôle Sud pour tenter de voir Soren, apprendre à la connaitre en cachette et peut être (il n’a pas décidé) lui avouer qu’il est son fils.
  • Pour rentrer au Pôle Sud, Gabriel a fait appel à Maria, qui voit une opportunité de briser le  couple Soren – Céline. Elle s’est petit à petit pris d’affection pour Gabriel, qu’elle protège.

Voilà pour les modifications majeures. J’ai donc un Poète très différents du livre et je vais continuer dans cette voie. J’ai beaucoup d’empathie pour cette version de Wilfried et cela me permet de mieux l’interpréter. On verra où tout cela nous mène !


Par ailleurs, j’insiste beaucoup sur l’interscénario, tout comme Romaric dans ses podcasts… Pour moi c’est essentiel de faire ces inter-scénarios, de jouer les scènes de vie. Cela construit les personnages et permet de montrer que l’univers autour d’eux évolue également. Ainsi, les amis de lycée des Bugs obtiennent chacun un travail, le caractère des  PNJ évoluent, des amours se font et se défont !


 

[SENS][MJ Only] Préparer Sens 05

ATTENTION ! Joueurs de SENS, passez votre chemin !

Disclaimer: Je ne joue pas by the book. J’ai une vision particulière de SENS et je me permets de grosses libertés pour mettre la campagne à mon diapason plutôt que l’inverse.


 


 

Cette partie s’est quasiment entièrement déroulée en roue libre. Les événements étaient assez avancés et les Bugs assez ancrés dans l’histoire que je puisse être en mode « full impro ».

PS: Manon était très fatiguée ce jour là, j’ai assumé la partie presque seul. Par ailleurs, le joueur de Zéro a décidé de quitter la campagne, par faute de temps.

Je souhaite simplement revenir sur quelques points qui pourraient vous aider dans la préparation des épreuves:

  • Le personnage de Lina était comme une tentation aux Bugs. Elle dit tout haut les doutes des personnages. En fait, elle montre à quel point Soren est en contradiction avec elle-même quand elle dit qu’elle ne veut pas déterminer les Bugs. C’est pour moi l’occasion de faire poindre la philo sensienne dans cette campagne.
  • A la fin, Lina part pour Sydney et promet d’envoyer des cartes postales aux Bugs. Cela sera un bon moyen d’embrayer sur une intrigue sympa si les joueurs décident de se pencher du côté de l’Australie.
  • Akina a fuit le Pôle Sud. Il était important pour moi qu’il ne puisse pas être rattrapé par les Bugs. Contrairement à Lina, qui pouvait être convaincue, Akina devait être hors de portée pour la suite de son Epreuve. Il reviendra dans la fiction, mais un peu plus tard, quand son heure sera venu.
  • Côté Pôle Nord, je suis assez déçu ne pas avoir mis en valeur le second de Vigo. Par contre, j’ai fait joué la capture et l’évasion des Bugs. Pour moi, Vigo est une sorte de Gladius, avec le côté paladin en moins. Pour lui, tous les moyens sont bons pour obtenir ce qu’il souhaite et capturer les Bugs et faire chanter Gladius n’est pas un soucis pour lui.
  • Vigo est un moyen pour moi de montrer que Gladius est en fait très humain derrière son masque rugueux. Il me permet également de montrer que la Résistance n’est pas unie, mais plutôt qu’elle un amas de volontés différentes.
  • J’ai un peu raté les passages dans l’ombre monde. Ce que je voulais vraiment, c’était de faire en sorte que Kara et Max ne rejoigne pas trop vite Alexis et Zer0, afin d’équilibrer le temps de parole.
  • L’exploration du Pôle Nord était pour moi un moyen de faire monter la mayonnaise sur les agissements de Viggo.

 

[SENS][MJ Only] Préparer Sens 04

ATTENTION ! Joueurs de SENS, passez votre chemin !

Disclaimer: Je ne joue pas by the book. J’ai une vision particulière de SENS et je me permets de grosses libertés pour mettre la campagne à mon diapason plutôt que l’inverse.


 

 

Objectifs de la séance:

  • Jouer la désertion des Bugs
  • Continuer l’épreuve d’Akina / montrer la dynamique du groupe de Bugs et du Pôle Sud
  • Montrer l’importance d’un groupe uni

 

Nous avons une nouvelle playlist !

playlist_roll20_1 playlist_roll20_2 playlist_roll20_3 playlist_roll20_4


Pour bien comprendre cet article, je dois expliquer quelques points:

  • Les Bugs se sont scindés en deux groupes: ceux qui mettent le devoir avant toute autre considération VS ceux qui pensent à leurs amis
  • La scission s’est effectuée lorsqu’Akina n’a pas réagit devant la philonite (début de l’épreuve d’Akina)
  • Il y a des tensions entre deux Bugs, l’une militaire au dernier degré, l’autre plus empathique envers Akina

Lorsque je me suis confronté à la scission du groupe, j’ai voulu jouer les scènes pour donner encore plus d’impact aux décisions, aux choix des Bugs. Je mène donc en parallèle l’épreuve d’Akina et l’épreuve de la colline de glace. Quant à l’épreuve du poète, les Bugs ne s’y sont pas encore vraiment intéressé, elle est donc restée en standby.

En fait, nous avons transformé SENS en un sandbox.


Concernant l’épreuve d’Akina, nous avons essentiellement joué des scènes de vie où les Bugs déserteurs se demandent quoi faire et comment ils souhaitent vivre à partir de maintenant. Quitter la résistance ? La réintégrer ? Et Akina ? La seule scène que nous avions préparée est la confrontation entre Gladius et Akina afin de provoquer le choix des Bugs. Afin de donner de l’impact à cette scène et pour ne pas faire une scène purement illusionniste, Manon et moi avions convenu à l’avance que les PNJ pouvaient mourir à n’importe quel moment. Tant pis pour la fin de Renaissance. Gladius pouvait mourir, tué par un Akina en furie, si les Bugs ne réagissaient pas.


De l’autre côté, Soren a envoyé les Bugs au pôle nord. Je démarre donc l’épreuve de la colline de glace avec les Bugs loyaux à la Résistance. Le message que nous voulions faire passer est que les Bugs ont besoin d’être ensembles pour réussir. J’ai rendu l’épreuve particulièrement difficile. Couplé au fait que les joueurs n’étaient pas encore familier avec la notion d’ombre monde, la mission fut un fiasco. J’ai fait un Vigo Néméo perspicace sur les intensions de Gladius, j’ai remplacé Romulad par une femme (un peu de parité bon Dieu !) mais au final ces PNJ n’ont à peine pu être exploité du fait de l’échec cuisant des Bugs. La séance s’est terminée sur l’attaque du Quadria.

 

[SENS][MJ Only] Préparer Sens 02

ATTENTION ! Joueurs de SENS, passez votre chemin !

Disclaimer: Je ne joue pas by the book. J’ai une vision particulière de SENS et je me permets de grosses libertés pour mettre la campagne à mon diapason plutôt que l’inverse.


 

Objectifs de la séance:

Dans cette séance, les éléments que je voulais mettre en place sont:

  1. Rendre tangible les relations entre personnages (PJ-PJ, PJ-PNJ, PNJ-PNJ)
  2. Montrer la fin d’un âge d’insouciance des Bugs
  3. La différence entre Bugs et non Bugs
  4. Introduire l’épreuve du poète en impliquant un PNJ proche
  5. Préparer l’Epreuve d’Akina


 

Je pense que beaucoup de tables seraient passées plus rapidement sur ce type de séance, qui au final n’est qu’une suite de « scène de vie », mais c’est justement ce genre de scènes que nous aimons mettre en avant. Cela nous permet aussi de bien s’ancrer dans l’univers et de bien saisir les personnalités de chacun, de chaque PNJ, et leurs subtilités.

Et puis, j’aime prendre le temps !

Je pense qu’on peut facilement réduire ce genre de séance à de simples échanges sur les relations et les personnalités de chacun et se lancer directement dans l’épreuve 1.


 

Au lieu de présenter de manière factuelle et linéaire la séance, je me propose de retranscrire ma checklist de partie. C’est un peu la feuille de route de ma partie. La voici donc:

  • Faire une scène de sortie de cours
  • Faire une scène de vie avec Maria. La montrer comme une mère attentionnée
  • Faire une scène de vie avec Gladius. Le montrer comme un père juste mais sévère
    • A ce titre, j’ai fait de Gladius un père de famille avec femme et enfants (les enfants étant grands et partis de la maison). L’idée est de, d’une part faire le contraste entre les Bugs privilégiés et les enfants de Gladius qui triment, et d’autre part de rendre la mort de Gladius encore plus poignante (pauvre Barbara Sword…)
  • Faire une scène de vie avec Michel. Le montrer comme un profiteur de la vie (et de ses avantages)
  • Montrer la vie difficile du peuple du Pôle Sud. Montrer leur sacrifice pour que les Bugs soient instruits
  • Montrer que les Bugs sont adulés et haïs en même temps, de par leur status
  • Rapprocher Akina d’un PJ
  • Introduire le cercle de lecture pour présenter les poèmes de Wilfried
    • Faire une scène avec un PNJ dépressif
  • Le PNJ dépressif va tenter de se suicider. Introduire le choix moral:
    • Soit je m’amuse et je pense à moi
    • Soit je sauve le PNJ dépressif

A noter que cette feuille de route n’est pas un carcan à suivre à tout prix. Il faut laisser la place à l’émergence et aux scènes qui viennent se développer organiquement. En gros, je suis cette checklist lorsque le rythme baisse un peu.


 

La Checklist musicale est la même, sauf pour la scène de fête où j’ai mis une playlist de dance floor un peu aléatoire.


 

 

 

[SENS][MJ Only] Préparer Sens 01

ATTENTION ! Joueurs de SENS, passez votre chemin !

Comme promis, je propose ici la préparation de mes parties de SENS. Pour MJ avertis uniquement 🙂 J’espère pouvoir fournir du matériel concret pour les MJ de SENS ou simplement pour les curieux.

Disclaimer: Je ne joue pas by the book. J’ai une vision particulière de SENS et je me permets de grosses libertés pour mettre la campagne à mon diapason plutôt que l’inverse. Par ailleurs, j’aime jouer le drama et les relations entre personnages. C’est donc sur ces points que je focalise mes parties, plutôt que sur les aspects philosophiques. Enfin, nous jouons sur table virtuelle (nous ne nous voyons donc pas en vrai) et certains éléments de préparations ne seront peut être pas pertinents pour une table IRL.

Voici donc l’enregistrement de la première partie.


 

Quelques semaines avant la première partie, je présente:

  • L’univers en proposant un redécoupage de la Guerre des Immortels. La vidéo se trouve ICI.
  • Le contrat social. Je sais que le contrat social de SENS est volontairement flou. Je préfère en préciser le maximum pour que tout le monde sache où on va. Le contrat social se trouve ICI.
  • Les inspirations (les miennes). Comme SENS est un jeu simulationniste où le but est de jouer dans le canon esthétique du jeu, je propose des oeuvres qui m’inspirent afin que nous ayons tous le même point de référence. Pour moi, il s’agit principalement de la série Battlesatr Galactica.

Avant la première séance, je précise que nous allons jouer une scène très linaire lorsque les PJ ont 5 ans. Puis que nous ferons une ellipse pour arriver aux 17 ans des PJ. Je demande ensuite aux joueurs de me donner un archétype de personnage (genre « le bourrin au grand coeur »). Je ne demande pas de faire les fiches avant la première séance.

Pour faire patienter les joueurs, je leur concocte un petit générique aux oignons.

Ce qui change par rapport aux livres: les Bugs commencent à 17 ans, un âge plus propice aux histoires de coeur et au drama que 22 ans comme dans la base. J’ai envie de jouer sur l’innocence des Bugs.


Le jour J, je rappelle le contrat social et l’univers. Puis je lance le générique.

Pour le speech de départ, je n’utilise pas celui du livre. Je le trouve long, obscure et inintéressant. Je préfère faire un petit dialogue avec Manon (ma co-MJ) qui nous met en scène dans le rôle du Traitre à la Cellule. Cela donnera du sens à la toute fin de campagne.

Puis on commence par l’attaque de New York alors que les Bugs ont 5 ans. A ce stade, les fiches ne sont pas remplis. On joue au feeling. Les joueurs décrivent leur environnement et je présente un New York semblable à une ville comme Beyrouth où les attaques et les bombardements n’éclipsent pas le quotidien.

L’élément perturbateur est donc l’attaque de l’Omicron. Les Bugs voient leurs parents mourir. Ils sont sauvés par les membres du Conseil.


A l’arrivée au Pôle Sud, Soren fait son discours. Nous omettons le décompte d’années (je le trouve trop contraignant). Puis je présente la deuxième moitié de la vidéo de la Guerre des Immortels.

A ce stade nous arrêtons le RP et je présente les Faits de Simulacre et le Miroir. Puis, je présente le conseil de la résistance. A noter que je présente d’emblée Soren comme une femme. Je demande aux joueurs de compléter les années entre 5 et 17 ans de leurs PJ. Ils peuvent donc tranquillement discuter des liens qu’ils entretiennent, de comment évoluent leur personnalité etc. Je les laisse libres et je leur propose de continuer la discussion jusque la séance suivante (nous jouons tous les vendredis).

En une semaine, ils ont réussi à pondre des background du tonnerre ! Bravo à eux !


Quelques matériels de jeu à choper si vous le souhaitez (sentez vous libres de piller les images et les tokens).

Le plan de la Base du Pôle Sud:

base_polesud

Les Tokens des PNJ principaux pour la première séance: pnj_principaux_seance1.

Mes playlists:

 

 

Méthodologie de création d’un JDR

Il y a des discussions de comptoirs qui font et refont le monde sans véritablement impacter votre vie. Et il y a celles qui vous mettent un coup de pied dans le cul et qui vous font cogiter une bon mois. Le 19 mars à 10h, j’ai assisté à une de ces discussions. C’était une rencontre des Ateliers Imaginaires organisée par Valentin T. au Dernier Bar Avant la Fin du Monde – Paris.

Les Ateliers Imaginaires, c’est quoi ?

Les Ateliers Imaginaires, c’est une communauté d’auteurs de JDR indépendants. Elle passe par un forum mais aussi par des rencontres IRL, une à laquelle j’ai assisté donc.

Vous avez causé de quoi ?

En quoi consistent ces rencontres ? Et bien, c’est simple: DISCUTER pardi ! Discuter de tout, mais surtout de JDR, de théories et de méthodes, de manière organisée et le plus constructif possible. Dans ce cadre, nous avons donc passé deux bonnes heures à parler de  » Méthodologie de création de JDR « . La discussion a été enregistrée et un compte rendu a été rédigé (vous avez vu combien c’est sérieux !). Les liens vers ces documents arrivent bientôt.

Et donc ?

Et donc j’ai pris du recul sur cette rencontre, j’en ai digéré le contenu et je me suis mis au boulot. Je me suis installé devant la « machine à écrire » et j’ai écrit un jeu en m’appuyant le plus possible sur les conclusions que je tire de cette discussion. Ce jeu, c’est Vampyre: Ein weiterer Lied. J’avais l’idée en tête depuis un moment. Avant la rencontre, j’ai essayé d’utiliser le moteur FATE pour confectionner ce jeu. Je suis arrivé à une impasse. Puis, quelques jours après la rencontre, je me suis remis à la tache, et, quelle fierté, j’ai réussi à produire un document « montrable ». OK, ce n’est pas le jeu du siècle, et il demande à être testé en profondeur. MAIS, ce jeu a au moins le mérite non seulement d’exister, mais aussi d’avoir mis à plat une méthodologie qui fonctionne pour moi. En effet, tout au long du processus, j’ai noté dans un coin les différentes étapes qui m’ont conduit au résultat que vous pouvez télécharger librement sur le site.

Alors, c’est quoi ta recette secrète ?

Tout d’abord, laissez-moi rapidement synthétiser les propos qui ont été tenus ce matin là. Sachez simplement qu’il s’agit de ce que j’ai retenu, et que j’ai pu déformer/omettre quelques éléments. Je m’en excuse par avance.

Dans un premier temps, rappelons qu’il n’y a pas UNE méthode, mais DES méthodes. Chacun trouve son compte, en attaquant le problème sous divers angles: le système, une sensation, une oeuvre de fiction… Certains partent d’une intuition, d’autres notent méticuleusement leurs idées pour les compiler plus tard.

graphe

Pour ma part, je pars toujours d’un Cahier des Charges (déformation professionnelle ?). Lorsque je rédige ce Cahier des Charges, je m’assure de ne pas succomber à deux tentations:

  • Etre trop vague, c’est-à-dire ne pas savoir phraser ce que je veux. Il en résulte un flou dans lequel on peut très rapidement se perdre, s’éparpiller. Il est tellement tentant de commencer par une encyclopédie de l’univers qu’on propose, et au final, cela n’aboutit à rien (en tout cas, pas à un jeu !)
  • Cadrer trop l’expérience de jeu, c’est-à-dire ne pas laisser la place à l’émergence qui constitue le coeur de notre hobby. Il ne faut pas céder à la tentation de dire « comment » jouer tel ou tel élément de jeu, fabriquant ainsi un jeu qui peut se passer des joueurs. C’est une frustration de MJ dont je dois me défaire absolument !

Pour Vampyre: Ein weiterer Lied, mon Cahier des Charges ressemble à cela, par ordre de priorité:

  1. Le jeu doit avoir pour thème central l’exploration de la Bête, le côté inhumain du vampire;
  2. Le jeu doit pouvoir créer des éléments de fictions à partir des personnages;
  3. Le jeu doit porter dans son système l’expression de relation entre les personnages;
  4. Le jeu doit avoir pour contexte le Vampire du Monde des Ténèbres.

Pour chaque point de mon Cahier des Charges, j’associe une Mécanique de jeu. Les outils que j’utilise pour cela proviennent directement de la discussion avec les membres des Ateliers Imaginaires:

  • Lire beaucoup et de tout;
  • Faire le tri dans les informations lues;
  • Utiliser des « Briques Élémentaires.

Lire beaucoup et de tout

Jouer et lire, histoire de s’inspirer. Voilà mon point faible, je pense, essentiellement par manque de temps. Pour Vampyre: Ein weiterer Lied, je me suis beaucoup inspiré :

Faire le tri des informations lues

Voici la partie où il faut un peu de méthodologie. Faire le tri, ce n’est jamais simple. En jeter trop et on en perd l’essence. Trop en garder et on s’encombre pour rien. Pour ma part, ma femme a un petit carnet où elle note tout ce qu’elle lit. C’est assez amusant de la voir lire d’ailleurs: on la voit alterner entre prise de note et lecture assidue, les sourcils froncés. Du coup, je recoupe ce que j’ai retenu de ma lecture avec ce qu’elle a noté: je considère que l’intersection de nos deux lectures permet d’en tirer l’essentiel.

Utiliser des « Briques Élémentaires »

Pour moi, les « Briques Élémentaires », ce sont ces petits bouts de système de jeu qui sont nécessaires mais pas suffisants pour retranscrire une expérience de jeu. Par exemple, « lancer une brouette de d6 et compter le nombre de succès » est une « Brique Élémentaire ». Cette brique peut permettre de se sentir « compétent », voire « puissant », du fait de lancer un grand nombre de dés. Cette brique est nécessaire mais pas suffisante pour retranscrire cette sensation: cela dépend du contexte, de la probabilité de réussir un test etc.

Ainsi, pour chaque point du Cahier des Charges, je construis un bout de système de jeu, que je teste tout seul dans mon coin. En science, cela peut s’apparenter aux expériences à effets séparés. Je teste indépendamment mes petits bouts de système. Certains marchent bien, d’autres pas vraiment. En général, si lors de mes essais je n’arrive pas à mettre la mécanique à plat, je la jette. Valentin appelle cela le Darwinisme ludique. J’aime bien cette appellation ! Je la garde !

Pour Vampyre: Ein weiterer Lied, par exemple, je me suis demandé ce que voulait dire « Explorer la Bête« . Dans le jeu, on considère que la Bête, cette inhumanité au fond de l’âme du vampire, s’exprime par les Emotions de son hôte. Plus un vampire est proche de sa Bête, plus il tend vers l’Anesthésie ou l’Intempérance d’une Emotion, c’est-à-dire vers l’annulation ou l’excès d’une Emotion. Ainsi, lorsque la Bête s’exprime, le vampire est incapable d’exprimer une Emotion ou s’adonne à l’expression à la plus poussée de celle-ci. Par exemple, un vampire qui s’éloigne de son humanité est soit incapable de ressentir la Colère, soit au contraire entre dans une furie constante, le rendant incapable de vivre en société.

Ce que je voulais dans Vampyre: Ein weiterer Lied, c’était que le joueur puisse se sentir plus ou moins proche de la Bête en intégrant une aide pour jouer le degré des Emotions. Une des « Briques Élémentaires » pour atteindre cet effet est le système de « pool de dés« . Plus il y a de dés associés à l’expression d’une Emotion, plus le vampire se rapproche de sa Bête. A contrario, moins il y a de dés, plus il est « humain ». Dans certaines conditions fixées, par exemple lorsque le vampire utilise ses Disciplines ou son Sang (c’est-à-dire ses pouvoirs surnaturels), on ajoute des dés au pool. De même, lorsque le personnage est face à une situation émotionnellement intense, on utilise l’aléatoire des dés pour savoir si on ajoute des dés au pool ou non.

Par ailleurs, le personnage peut « Décharger » une émotion, c’est-à-dire retirer des dés de son pool. Décharger une émotion, c’est relâcher la tension: aller s’expliquer avec quelqu’un, se confesser, taper dans un punching-ball, s’isoler ou méditer, voici autant de moyens de Décharger une Emotion. L’aléatoire des dés est utilisé pour savoir si le personnage réussit ou non à Décharger son Emotion. Cette mécanique permet en partie de répondre aux points 2 et 3 de mon Cahier des Charges (Le jeu doit pouvoir créer des éléments de fictions à partir des personnages et le jeu doit porter dans son système l’expression de relation entre les personnages).

 

vitrail_exemple

Un fois que j’ai traité tous les points de mon Cahier des Charges, j’assemble les briques élémentaires pour en faire mon jeu. Je teste alors le tout. On peut associer cela à une expérience à effets intégraux. Je change une ou plusieurs parties de mon assemblage lorsque c’est nécessaire, et je reteste ensuite. C’est un processus itératif qui peut être long, dépendant de son niveau d’exigence.

A la fin, je me retrouve avec un document d’une trentaine de pages avec la mise en forme pour Vampyre: Ein weiterer Lied. Je passe alors un dernier test: le questionnaire de Frédéric Sintes. C’est mon boss final, mon ultime test pour savoir si mon produit est montrable. Je fais l’exercice de répondre à toutes les questions de Frédéric. Si j’y arrive sans triturer dans tous les sens mon jeu, alors j’estime qu’il est montrable pour relecture.

Voilà c’est tout.

Cette méthode est celle que j’utilise. Je ne la considère pas comme universelle mais au moins, elle fonctionne pour moi. La preuve, j’ai écrit Vampyre: Ein weiterer Lied en à peu près un mois et sur mon temps libre uniquement. Des discussions avec les membres des Ateliers Imaginaires, j’ai réussi à extraire ce qui fonctionne à titre personnel et je l’ai appliqué à ce jeu. Mine de rien, cette méthode a le mérite d’avoir produit un document lisible et montrable.

Et ensuite ?

Comme je l’ai dit, écrire un jeu est un processus itératif. Vampyre: Ein weiterer Lied est loin d’être terminé puisqu’il faut le tester, encore et encore. Le relire, beaucoup le relire. Et surtout le compléter car il est très imparfait. C’est le premier jet, une base de travail. A ce titre, je lance une campagne de ce jeu d’ici la fin du mois de mai pour le tester intensivement.

Je vous invite, si vous le voulez bien, à me faire des retours sur le document et à le tester par vous même.

Je compte aussi appliquer cette méthode à Terres de Sang, qui est un de mes autres projets (mon projet principal à vrai dire). Or c’est un projet qui s’enlise, essentiellement par faute de méthodologie. Maintenant que j’en tiens une, je compte bien l’appliquer rétroactivement à tous mes autres ébauches de jeu !

Et vous, quelle méthode utilisez-vous ?